14 février 2019

La LPO recrute sur l’île de Ré

Deux postes d’animateur(trice) nature saisonnier(ère) sont à pourvoir à la LPO sur l’île de…
21 janvier 2019

Hommage : Il y a 20 ans (déjà) disparaissait Hervé Robreau

Attiré depuis l’enfance par tout ce qui porte des plumes, des poils, des écailles, une coquille ou…
15 novembre 2018

AVIS DE RECHERCHE / ANNIVERSAIRE

[AVIS DE RECHERCHE / ANNIVERSAIRE] En 2020, la LPO va fêter les 40 ans de la Réserve naturelle…
LPO Agir pour la Biodiversité
L'effraie des clochers : une espèce faisant l'objet de recensements réguliers (photo S. Maisonhaute). Le comptage des aigrettes est ouvert à tous (photo LPO).
Fou de Bassan en transit à la Maison du Fier avant son transfert vers le centre de soin de l'île d'Oléron (photo LPO). Couple de tadornes de Belon (photo L. Drion). Criquet des salines (photo P. Jourde). Spatule blanche (photo J. Gernigon).
Rassemblement de spatules blanches dans la Réserve Naturelle (photo J. Gernigon). Huppe fasciée (photo F. Cahez). Panicaut maritime (J. Gernigon). Petit-duc scops (photo J. Champion).

Panicaut maritime

Malgré ses feuilles épineuses, le panicaut maritime est appelé à tort chardon bleu. Il appartient en réalité à la famille de la carotte (Apiacées, ex-Ombellifères).

Ses racines s’enfoncent à plus d’un mètre de profondeur dans le sable. Il contribue ainsi à la fixation de la dune.

Protégé au niveau national, il est devenu l’’emblème de la protection du littoral et du CEL (Conservatoire de l’Espace Littoral).

Panicaut maritime (J. Gernigon).
Panicaut maritime (J. Gernigon).

Partagez :