21 janvier 2019

Hommage : Il y a 20 ans (déjà) disparaissait Hervé Robreau

Attiré depuis l’enfance par tout ce qui porte des plumes, des poils, des écailles, une coquille ou…
15 novembre 2018

AVIS DE RECHERCHE / ANNIVERSAIRE

[AVIS DE RECHERCHE / ANNIVERSAIRE] En 2020, la LPO va fêter les 40 ans de la Réserve naturelle…
24 mai 2018

Fête de la Nature sur toute l’île de Ré du 23 au 27 mai

Fête de la Nature sur toute l’île de Ré : « Voir l’invisible » La fête de la nature se déroulere du…
LPO Agir pour la Biodiversité
L'effraie des clochers : une espèce faisant l'objet de recensements réguliers (photo S. Maisonhaute). Le comptage des aigrettes est ouvert à tous (photo LPO).
Fou de Bassan en transit à la Maison du Fier avant son transfert vers le centre de soin de l'île d'Oléron (photo LPO). Couple de tadornes de Belon (photo L. Drion). Criquet des salines (photo P. Jourde). Spatule blanche (photo J. Gernigon).
Rassemblement de spatules blanches dans la Réserve Naturelle (photo J. Gernigon). Huppe fasciée (photo F. Cahez). Panicaut maritime (J. Gernigon). Petit-duc scops (photo J. Champion).

Un courlis grand voyageur

Muni d’une balise GPS l’hiver dernier dans la Réserve naturelle, un courlis cendré quittait l’île de Ré début avril pour retrouver sa Russie natale au nord de Moscou. Après s’être reproduit dans les immensités nordiques, il reprenait son périple vers le sud au début du mois de juillet. Direction l’île de Ré ! Cinq jours plus tard, il était déjà de retour sur les riches vasières du Fier d’Ars.
3 000 km en 5 jours : pas mal pour un oiseau d’à peine 600 grammes !
Ce programme de baguage et de suivi est mené par Pierrick Bocher du laboratoire Lien’s de l’université de La Rochelle et collaboration avec la LPO/Réserve naturelle.
(Photo J. Gernigon)

JPEG - 1.4 Mo

Partagez :