19 février 2018

La LPO île de Ré recherche ... ses anciens bénévoles et stagiaires !

En 2020 (ça vient vite !), la Réserve naturelle de Lilleau des Niges va fêter ses 40 ANS et la…
12 février 2018

La Maison du Fier recherche 2 services civiques

La LPO - Maison du Fier recherche ses 2 futurs services civiques qui auront pour missions de «…
22 janvier 2018

Samedi 3 février : une sortie au coeur de la Réserve naturelle

A l’occasion des Journées mondiales des Zones humides, la LPO (Ligue pour la protection des…
LPO Agir pour la Biodiversité
L'effraie des clochers : une espèce faisant l'objet de recensements réguliers (photo S. Maisonhaute). Le comptage des aigrettes est ouvert à tous (photo LPO).
Fou de Bassan en transit à la Maison du Fier avant son transfert vers le centre de soin de l'île d'Oléron (photo LPO). Couple de tadornes de Belon (photo L. Drion). Criquet des salines (photo P. Jourde). Spatule blanche (photo J. Gernigon).
Rassemblement de spatules blanches dans la Réserve Naturelle (photo J. Gernigon). Huppe fasciée (photo F. Cahez). Panicaut maritime (J. Gernigon). Petit-duc scops (photo J. Champion).

Senor, le vautour vagabond de l’île de Ré

Souvenez-vous.
Il y a un an, un jeune vautour percnoptère était trouvé épuisé dans un jardin de l’île de Ré. Recueilli par la LPO à la Maison du Fier, cet oiseau porteur d’une bague espagnole (région de Galice au nord du Portugal) était ensuite transféré dans un centre de soins pour les oiseaux situé en Vendée afin qu’il reprenne des forces.
Un an après cette découverte rarissime, nous sommes en mesure de fournir des nouvelles du vautour vagabond de l’île de Ré.
Après un séjour forcé durant tout l’hiver dans une volière vendéenne, l’oiseau, baptisé Señor, est relâché au Pays basque français en juin 2015.
Muni à cette occasion d’une balise GPS, son parcours est ensuite suivi presque quotidiennement par des ornithologues pyrénéens. Après avoir stationné longuement dans les Pyrénées françaises, Señor prend la direction du sud et se retrouve dans la province espagnole d’Aragon, puis dans celle de Biscaye. En octobre, il s’offre même une petite escapade aux environs de Barcelone !
Aux dernières nouvelles, le petit vautour semble se plaire aux confins de la Navarre et de l’Aragon où il profiterait d’une nourriture abondante destinée … aux porcs d’un élevage industriel. Quand on est un vautour, on ne se refait pas !
Voilà pour une petite histoire de vie … qui se poursuit.
JPEG - 3.7 Mo

Partagez :