14 février 2019

La LPO recrute sur l’île de Ré

Deux postes d’animateur(trice) nature saisonnier(ère) sont à pourvoir à la LPO sur l’île de…
21 janvier 2019

Hommage : Il y a 20 ans (déjà) disparaissait Hervé Robreau

Attiré depuis l’enfance par tout ce qui porte des plumes, des poils, des écailles, une coquille ou…
15 novembre 2018

AVIS DE RECHERCHE / ANNIVERSAIRE

[AVIS DE RECHERCHE / ANNIVERSAIRE] En 2020, la LPO va fêter les 40 ans de la Réserve naturelle…
LPO Agir pour la Biodiversité
L'effraie des clochers : une espèce faisant l'objet de recensements réguliers (photo S. Maisonhaute). Le comptage des aigrettes est ouvert à tous (photo LPO).
Fou de Bassan en transit à la Maison du Fier avant son transfert vers le centre de soin de l'île d'Oléron (photo LPO). Couple de tadornes de Belon (photo L. Drion). Criquet des salines (photo P. Jourde). Spatule blanche (photo J. Gernigon).
Rassemblement de spatules blanches dans la Réserve Naturelle (photo J. Gernigon). Huppe fasciée (photo F. Cahez). Panicaut maritime (J. Gernigon). Petit-duc scops (photo J. Champion).

Après la tempête !

La tempête qui a sévi il y a 15 jours sur l’île de Ré a eu des conséquences aussi chez les oiseaux. Ainsi, un Phalarope à bec large est présent depuis cette date à la station d’épuration des Portes (juste à côté de la Réserve naturelle).
Ce petit échassier se reproduit au printemps dans l’Arctique (Spitzberg, Sibérie, Islande) et passe l’hiver en pleine mer. Sur les côtes, on ne l’observe donc qu’après un fort coup de vent.
Peu farouche vis-à-vis de l’homme et notamment des ornithologues de la LPO (c’est quoi cette grosse bête qui me regarde ?), il flotte nerveusement à la surface de l’eau et se nourrit de minuscules bestioles qu’il picore délicatement.
Pour l’observer, il ne faut pas traîner car bientôt le phalarope des Portes retrouvera l’immensité de l’océan.

JPEG - 49.4 ko

Partagez :